« L’Art traditionnel rural au MAROC de Tanger à Lagouira » est l’intitulé de l’exposition qu’accueille actuellement  la Galerie de l’immobilier Prestigia Anfa à Casablanca. Cette exposition se poursuit jusqu’à la fin du mois de juillet, avant de partir vers la ville ocre.

Plus de 400 objets d’artisanat du XIXe siècle et du début du XXe siècle, témoignages exceptionnels du patrimoine marocain, sont proposés au public. Fruit de la collection privée de M. Khalid

Gharib, et objet d’un livre d’art, cette exposition se veut le miroir d’un riche patrimoine culturel et un regard sur l’histoire du Maroc, à travers l’art traditionnel. Du vêtement, en particulier les djellabas et les caftans, en passant par les objets de décoration (tapis, vases…), ustensiles de cuisine, bijoux, armes, etc., les articles exposés datent de plusieurs siècles. Ils reflètent la dextérité et le savoir-faire des artisans marocains, tout en nous plongeant dans l’univers du monde rural, qui représentait à l’époque, la plus grande partie du Maroc.

L’exposition décline également les diverses composantes de l’art traditionnel au Maroc, ainsi que de la population marocaine. De la touche amazighe à l’art juif, en passant par les cultures arabe et méditerranéenne, l’exposition, qui couvre l’ensemble du territoire marocain, fait montre de la diversité des différentes ethnies qui ont harmonieusement peuplé le Maroc. Selon Kenza Sefrioui, Vice-Présidente du Groupe Addoha, cette exposition, qui regroupe l’une des rares collections aussi complètes, permet un retour aux sources indispensable à notre mémoire collective.

Il s’agit, en effet, d’une fenêtre sur un passé riche en création artistique, mais également une fenêtre sur le mode de vie des Marocains, leur savoir-vivre, l’évolution des tendances vestimentaires et de mobilier, etc.

Il a fallu un travail de longue haleine pour pouvoir constituer une collection aussi exhaustive. «Il m’a fallu près de 28 ans pour construire cette collection.», a déclaré M. Laghrib, collectionneur et passionné d’art, à l’occasion du vernissage de l’exposition mardi 09 mai. Et de poursuivre : «Pour retrouver des pièces qui étaient sorties du Royaume, nous avons beaucoup voyagé avec M. Paul Dahan du Musée de l’Art Judaica à Bruxelles.»

Une initiative à saluer et à dupliquer. La Galerie de l’immobilier Prestigia, qui n’est pas à sa première opération du genre, est un espace idéal pour la promotion de l’art et de la culture.

 

Leila Ouazry

ESPACES INSTITUTIONNELS


MINISTÈRE DE LA CULTURE



MUSÉE MOHAMMED VI D'ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU ROYAUME DU MAROC

 

INSTITUT SUPÉRIEUR D'ART DRAMATIQUE ET D'ANIMATION CULTURELLE

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine


Institut Supérieur d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle - I.S.A.D.A.C -



Institut National des Beaux-Arts de Tétouan 

News

Communauté

ANNONCES