Après «son bon départ», le Musée Mohammed VI d'art moderne et contemporain (MMVI)  a préparé sa rentrée qui a été  inaugurée par une grande exposition de sculpture placée sous le thème «César et le Maroc, une passion méditerranéenne», a annoncé le président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi.

Avec la direction du musée, la FNM a élaboré  une programmation «attractive» marquée notamment par cette importante exposition du grand

sculpteur français César «qui a une grande histoire avec le Maroc. «César a travaillé sur le Maroc, aimé le Maroc, s'est nourri du Maroc», d'où le choix de la thématique de l'exposition axée sur «cette passion méditerranéenne» qui va au-delà du Maroc, a-t-il expliqué.

César (Marseille, 1921-Paris,1998)

César est tout d’abord un personnage atypique, qui a toujours cultivé son accent et son franc parlé du sud de la France. « Je suis fondamentalement un autodidacte absolu ».

Il s’inscrit au cours préparatoires de l’Ecole des beaux-arts de Marseille en 1935, et intègre lEcole en 1938. En 1943, il quitte l’Ecole des beaux-arts de Marseille pour l’Ecole nationale supérieur des beaux arts de Paris. Il y restera jusqu’en 1954.  "J'ai traîné à l'école pendant plusieurs années. [...] Où voulez-vous aller ? L'école c'est un lieu où on a des possibilités disons matérielles: vous rencontrez des copains, vous avez des restaurants universitaires, vous avez un service social... disons que c'est un peu comme une famille. Il y avait aussi la période 39-45 qui faisait automatiquement des étudiants attardés", dira-t-il plus tard. Il y travaille entre autre le plâtre et le fer, jusqu’à ce qu’il apprenne la soudure à l’arc en 1949, pratique qui le fera définitivement s’orienter vers le déchet métallique. "Le marbre de Carrare était trop cher, la vieille ferraille traînait partout. Je suis devenu sculpteur parce que j'étais pauvre !".

Réalisant tout d’abord des œuvres figuratives et plutôt classiques en soudant entres elles différentes pièces de métal récupérées, il se tourne dès 1960 vers les Compressions. Il rejoint le groupe des nouveaux réalistes en 1961. Par la suite, il expérimente aussi les Expansions et des Empreintes Humaines (agrandissement de moulages de parties du corps). 

César fut et est toujours un artiste populaire. Mais l’autodérision dont il faisait preuve vis-à-vis de son propre travail et les doutes qu’il exprimait ont surement joué en sa défaveur : il n’était pas vraiment pris au sérieux. Mais son image est depuis sa mort réhabilitée grâce à des expositions et notamment une rétrospective, organisée à la Fondation Cartier par son ami Jean Nouvel en 2008 et appelée César Anthologie par Jean Nouvel.

ESPACES INSTITUTIONNELS


MINISTÈRE DE LA CULTURE



MUSÉE MOHAMMED VI D'ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DU ROYAUME DU MAROC

 

INSTITUT SUPÉRIEUR D'ART DRAMATIQUE ET D'ANIMATION CULTURELLE

Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine


Institut Supérieur d’Art Dramatique et d’Animation Culturelle - I.S.A.D.A.C -



Institut National des Beaux-Arts de Tétouan 

pub

News

Communauté

ANNONCES