Le magicien de la sculpture

79

Tunisien d’origine, mais marocain de cœur, cet artiste hors norme a choisi le Maroc pour s’installer et fonder une famille avec une Marocaine, tout en écrivant son parcours de maître-sculpteur avec des lettres d’or. Sahbi

Chtioui a toujours donné sans attendre de recevoir. Aujourd’hui, il a uniquement besoin d’une petite marque de reconnaissance pour lui remonter le moral et une certaine considération de la part de tous ceux qui, un jour, avaient besoin de son art pour lequel Sahbi a consacré tout son temps. Il a donné, aussi, de sa santé et de son argent sans contrepartie.  Dans son état actuel, il mérite un peu d’attention et de soutien, à un moment où il en a le plus besoin. L’artiste a refusé beaucoup d’invitations pour s’installer dans d’autres pays, préférant rester au Maroc, pays qu’il chérit énormément.

C’est vrai que Sahbi ne parle pas beaucoup, ne se vante jamais, parce qu’il préfère communiquer avec son art et ses créations qui renseignent davantage sur ce qu’il pense, que ce soit sur le plan social, national, environnemental ou autre. Un artiste très engagé qui ne laisse aucun événement passer sans l’évoquer avec ses sculptures expressives. Son œuvre sur la Marche Verte est l’un des exemples les plus édifiants. Le bronze représente le stylo avec lequel il écrit l’histoire et l’immortalise à jamais. Un historien à sa manière, dont les œuvres seront, pour les générations à venir, un document authentique pour connaître leur passé.
Ce passionné de sculpture, dont les œuvres voyagé un peu partout dans le monde, a élu domicile au Maroc, son pays d’adoption, et plus précisément dans la métropole Casablanca, où son génie a continué son envol pour offrir des chefs-d’œuvre uniques, alliant patrimoine et vécu,  rehaussés par l’imaginaire de l’artiste. Sahbi a donné à la sculpture une autre dimension, à travers des sujets poignants d’actualité et des thématiques sociales passionnantes. Puis il a lutté pour imposer son art là où il n’était pas le bienvenu. Mais il a su le mettre en valeur et le faire aimer à beaucoup de gens qui le voyaient autrement.
Une odyssée que l’artiste Sahbi a menée d’une main de fer, au point de s’imposer en maître incontesté. Mais aujourd’hui, il souffre presque seul, dans une clinique où il a besoin d’une petite attention pour le réconforter et lui redonner espoir dans l’avenir. «Je ne désire qu’une simple reconnaissance de tout ce que j’ai entrepris pour une histoire propre et un peuple marocain généreux. Je na veux pas que les gens me pleurent après ma mort et disent que j’étais un grand artiste. Moi je veux l’écouter de mon vivant pour en déguster la saveur», renchérit-il au téléphone dans ses premières paroles après son opération.
Ce sont les paroles de celui qui, depuis toujours, a eu le bonheur de réaliser des sculptures et de belles œuvres  qui portent l’espoir et les signes d’un jour meilleur. Celui qui a laissé son empreinte dans plusieurs villes du Royaume, à travers de grandes expositions dans des places emblématiques où elles furent visitées par un grand nombre d’habitants qui gardent un bon souvenir du passage de ses œuvres monumentales. Sans oublier les aéroports où tous les passagers, marocains et étrangers furent émerveillés par ses œuvres, les prestigieuses salles des grandes villes où ses sculptures ont été exposées, puis les nombreux Prix qu’il conçus pour de prestigieuses manifestations. Un travail colossal auquel nous devons respect et considération. Car tous ceux qui l’ont approchés reconnaissent sa grande générosité et l’humanisme dont il fait preuve à l’égard de ses employés et ceux qui sont dans le besoin. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement pour nous sublimer encore par ses œuvres ingénieuses.

Comments are closed.