Naim Chemaou : Confinement vôtre

Naim Chemaou : Confinement vôtre

204

L’artiste peintre et juriste Naim Chemaou vit son confinement avec beaucoup de sérénité et de courage. Il dédie cette pause, imposée pour lutter contre la propagation du Covid-19, à la réflexion, au ressourcement et à la peinture.
Comment vivez-vous cette période de confinement sanitaire, sachant que vous exercez le métier d’avocat en plus de votre passion qui est la peinture? Quels sont les changements qui se sont opérés sur votre vie quotidienne?
En effet, c’est une période tout à fait particulière et inédite que nous vivons toutes et tous malgré nos divers horizons. Pour ma part, j’essaie autant que possible de tirer profit de ce confinement pour me ressourcer, consacrer du temps à mes proches, pour lire et, de manière générale, pour faire ce que je n’avais pratiquement jamais le temps de faire auparavant. Aussi, ces quelques semaines au calme ont été bénéfiques en inspiration pour la pratique de ma passion qu’est la peinture. Et ce, en jetant de temps en temps un coup d’œil sur mes dossiers d’avocat, surtout ceux qu’on peut régler en ce moment de confinement. Bref, chacun vit à sa manière ce confinement, l’essentiel est d’être en paix avec soi-même et en sortir grandi et avec une expérience enrichissante, un bien pour un mal en somme.

Dans votre pratique de la peinture en ce moment, est-ce que ce virus vous a inspiré une quelconque œuvre artistique?

Comme je vous ai dit, cette période m’a permis un ressourcement, une médiation et des réflexions très profondes sur ce que nous sommes et ce que nous représentons en tant qu’êtres humains dans cet univers. Puis, on ne peut pas fuir ce qui nous entoure. Il y a certainement une influence qui a donné lieu à des sujets dans mes toiles portant des masques de protection. Toujours est-il, la peinture reste pour moi une passion avant tout, un apaisement et une évasion vers d’autres horizons, dépendamment du moment et de mon état d’âme.

Avez-vous un message de sensibilisation aux Marocains pour lutter contre la propagation du Covid-19?

Il faut tout d’abord rendre un fervent hommage à toutes celles et ceux qui veillent à notre santé, à notre sécurité, à notre hygiène et, de manière générale, à notre bien-être, alors qu’ils exercent, parfois, dans des conditions pas toujours évidentes. J’espère que cet élan de solidarité que nous connaissons en cette période continuera même après la pandémie et qu’on rendra hommage, à juste titre, à ces héros du quotidien, souvent discrets. Il faut, en outre, orienter massivement les investissements et prioriser à tout égard les secteurs clés pour le développement de notre pays en faveur des nouvelles générations ; je pense tout particulièrement à la Santé et à l’Education.
Notre pays a été proactif dans sa réponse à l’épidémie dès les premiers instants grâce aux décisions cruciales et à l’initiative éclairée de notre Souverain bien aimé. Nous avons une chance inouïe d’avoir un chef d’Etat visionnaire qui met l’être humain au-delà de toute considération économique, politique ou autre. Nous devons être fiers de notre pays et porter haut son étendard.

Plusieurs cordes à son arc

En parallèle de son métier de juriste, Naim El Fihri Chemaou est un peintre passionné et un fervent collectionneur des peintures marocaines. Sa pratique du golf lui inspire beaucoup de sujets plastiques où les mouvements des corps des joueurs et les scènes animées des golfeurs sont transposés sur ses toiles. Une sorte de communion entre l’art et le sport. Et ce, à travers un éventail de compositions qui ne se ressemblent pas dans le fond. Puisque chacun de ses joueurs possède sa propre gestuelle et chaque tableau a une âme et dégage une aura qui le différencie de l’autre. Sa passion pour la collection des peintures marocaines a aidé beaucoup de jeunes talents à émerger et faire valoir leur art. Ce défenseur des arts plastiques s’est, ainsi, frayé un beau chemin dans l’univers pictural, en participant à diverses expositions aussi bien au Maroc qu’à l’étranger (pays du Golfe, France, Espagne et Etats-Unis) où ses œuvres ont toujours suscité l’admiration du large public. Ce qui lui a valu plusieurs distinctions, notamment le Prix du Dessin lors de l’exposition internationale de l’Académie Européenne des Arts à Paris en 2014.

Comments are closed.